Gestion d’enjeux et acceptabilité sociale : 6 raisons pour lesquelles les entreprises ne savent pas dialoguer… et perdent leurs projets.

Pubié le 23 novembre 2015   Par Pilote groupe-conseil   Catégories : Gestion d'enjeux, Gestion de la réputation, Acceptabilité sociale

Vrai Dialogue

Créer un lien avec les communautés au sein desquelles une entreprise implante un projet est aujourd’hui essentiel. En effet, l’actualité regorge d’exemples où des projets majeurs (mines, pipelines, usines, etc.) n’ont su faire autre chose que de générer interrogations, suspicions et - au final – rejet; sans jamais avoir pu établir la légitimité de leur démarche auprès des populations concernées. Dès lors, nouer un dialogue auprès des parties prenantes est devenu une condition sine qua non afin d’amorcer les conditions minimales de l’acceptabilité sociale. Le problème? Elles sont souvent incapable d’y arriver et ce, pour au moins 6 raisons.

1. L’entreprise est soumise à des processus internes qui ne sont pas simples

Dialoguer est un échange constant, fluide et direct. Mission quasi-impossible au sein des grandes organisations où le jeu des multiples validations internes (relations investisseurs, PR, CEO, départements techniques…) et le poids du département contentieux aboutissent systématiquement à une série de back and forth sans fin. Le temps que la montagne accouche de la souris les attentes des parties prenantes, entrainées par un cirque médiatique toujours plus rapide, auront évoluées et seront restées sans réponse. Timing is everything.

2. Les organisations obéissent à un cadre de gestion rigide

Conséquence de la lourdeur des processus, la gestion du temps et des priorités au sein des entreprises est désynchronisée de la réalité citoyenne. Mme Tremblay vous interpelle un vendredi à 17h et sa question, qui ne vous semble pas vitale, ne mérite pas un accusé de réception personnalisé ? Rien d’étonnant à ce qu’elle pense, au mieux, que vous la traitez comme quantité négligeable, au pire, que vous avez des choses à cacher. C’est dommage car, en ville, tout le monde connait Mme Tremblay…

3. Les projets sont articulés autour d’expertises complexes

À chaque sollicitation externe, c’est le même combat. D’un côté, le département des relations publiques de l’entreprise a le souci de rendre une problématique compréhensible pour le commun des mortels (Mme Tremblay!). De l’autre, ingénieurs et juristes refusent de cautionner toute simplification qui pouvant engager une responsabilité. L’arbitrage finit systématiquement en faveur de l’exposé technique, au détriment de la compréhension globale. Le diable est dans les détails…

4. L’entreprise a une vision biaisée de son enjeu

Vous pensez votre projet parfait parce qu’il va offrir d’excellentes retombées économiques et parce que vous avez réponse à toutes les objections ? Hélas, c’est faire preuve de confusion stratégique que de hiérarchiser vos enjeux au travers d’un seul prisme. Le dialogue, et le chemin vers l’acceptabilité sociale, passe une réelle prise en considération des préoccupations des communautés. Celles-ci sont plus larges, et complexes, qu’un simple cadre financier. Et elles ne sont pas toujours rationnelles.

5. L’entreprise ne maitrise pas la culture locale dans laquelle elle déploie son projet

Ce n’est pas parce que vous avez rencontré quelques acteurs de haut niveau par le biais des relations gouvernementales que vous maitrisez l’ensemble de l’échiquier socio-économique où se déploie votre projet. Bien au contraire. Et c’est cette profonde méconnaissance des particularismes et dynamiques locales qui finira par miner les (faibles) appuis dont vous pensiez bénéficier en haut lieu.

6. Les réseaux sociaux et la culture numérique sont étrangers à l’organisation

Alors même que les réseaux sociaux deviennent le premier outil citoyen pour s’informer et discuter des projets au sein des communautés, peu d’entreprises prennent pied sur ce terrain. Cette désertion, motivée par une peur de perte de contrôle, est profondément liée à une méconnaissance du web social et sa culture. Problème : la peur n’évite pas le danger et ce repli, qui n’a rien de stratégique, permet à une multitude d’acteurs de forger les perceptions à la place du promoteur...

Tout n’est pas perdu, une solution existe !

Pilote groupe-conseil est une agence experte en gestion d’enjeux et affaires publiques. Notre conception de l’acceptabilité sociale, résolument moderne et ancrée dans la réalité des entreprises, nous a amené à développer Vrai Dialoguemc, une solution globale et clé en main faite pour vous aider à relever ces défis et créer les conditions d’un projet réussi. Vous souhaitez que l’on vienne vous présenter notre solution ? Contactez-nous !






Poster vos commentaires

PRÉCÉDENTSUIVANT

ABONNEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTRE

et recevez le meilleur de la gestion d’enjeux et des affaires publiques.

ABONNEZ-VOUS