Les finances publiques attrapent aussi la Covid-19

Pubié le 9 avril 2020   Par Pilote groupe-conseil   Catégories : Gestion d'enjeux

Pierre Hamelin, ASC

La crise sanitaire provoquée par la Covid-19 qui sévit présentement laissera éventuellement sa place à une autre crise : celle des finances publiques. Comment les entreprises doivent-elle réagir ? Voici une analyse de Pierre Hamelin, économiste et retraité de la haute fonction publique du gouvernement du Québec et maintenant membre de notre équipe Sherpa.

En quelques semaines, les finances publiques mondiales seront passées d’une situation enviable et sous contrôle vers une situation qui nous mènera à des déficits généralisés à la grandeur de la planète. On peut déjà penser que plusieurs États auront besoin d’aide pour passer au travers de ce ralentissement économique particulièrement sévère.

À court terme, chacun doit gérer les impacts de la pandémie sur son organisation, ses ressources financières et ses ressources humaines. Les programmes gouvernementaux annoncés jusqu’ici répondent précisément à ces impératifs de court terme. Les survivants seront ceux qui auront pu bien gérer la « crise ».

Cependant, survivre ne sera pas suffisant ! À moyen terme, l’environnement d’affaires sera passablement modifié. D’une situation de manque de main d’œuvre, on fera face à un chômage accru. Le recours au travail à domicile sera beaucoup plus répandu. L’achat local aura de nombreux nouveaux adeptes. On peut facilement imaginer qu’il y aura de nouvelles mesures de contrôle dans les transports de personnes et de marchandises. Le commerce international pourrait en souffrir. Une bonne lecture de son environnement est plus importante que jamais afin d’éviter des faux pas qui pourraient être sans merci en cette période d’incertitude.

Il est ainsi naturel de se demander comment se comporteront alors les gouvernements, et quelles en seront les conséquences pour votre organisation. Une fois la crise de la Covid-19 passée, car elle aura une fin comme toutes les crises, les gouvernements seront aux prises avec des finances publiques en désordre. La priorité qui est maintenant de sauver la situation financière des contribuables se transformera pour sauver la situation financière des gouvernements.

Nous reverrons assurément le retour des contrôles et des restrictions budgétaires. Les revues de programmes gouvernementaux redeviendront importantes afin de s’assurer de faire les bons choix. Ainsi, on peut déjà anticiper que le recours aux programmes universels que nous connaissons présentement fera place à des programmes plus ciblés en fonction des besoins pour des industries ou des secteurs spécifiques.

La hausse des déficits créera un besoin immense de financement des gouvernements dans le monde entier. Il y aura donc une importante pression à la hausse sur les taux d’intérêt en général. Et quand cela se produit, les coûts de financement pour les entreprises augmentent de beaucoup et ce sont invariablement les entreprises les plus fragiles qui écopent.

Il y aura donc des impacts importants dans presque tous les secteurs de l’économie. Aussi, il y aura sans doute plus d’organisations qui devront se tourner vers les programmes gouvernementaux. En résumé, les besoins seront plus grands et les ressources plus limitées. Dans de telles circonstances, ceux qui seront les mieux préparer recevront vraisemblablement plus d’attention de la part des gouvernements que ceux qui ne pourront le démontrer.

Devant des changements économiques aussi importants en si peu de temps, ceux qui auront pris le temps de bien préparer la reprise seront les grands gagnants des prochaines années.

Fort d'une solide formation en sciences économiques ainsi qu'en finances, Pierre Hamelin possède une longue feuille de route professionnelle, autant dans le secteur privé que dans le secteur public. Il a notamment été administrateur d'une firme de courtage en investissement et occupé des postes de haute direction au gouvernement du Québec, que ce soit au ministère du Revenu, des Finances ou du Développement économique à titre de directeur de cabinet ou à l'AMF et à la SGF en tant que conseiller stratégique à la présidence.
Aujourd'hui retraité de la haute fonction publique du gouvernement du Québec, il a notamment été membre du Comité de gouvernance et président du Comité permanent de planification et de reddition de compte du ministère du Conseil exécutif de 2014 à 2018. Il a de plus représenté le gouvernement au sein du conseil d'administration d'Hydrocarbures Anticosti S.E.C. inc. et a siégé au comité de gouvernance du projet REM pour le gouvernement du Québec. Monsieur Hamelin est administrateur de sociétés certifié (ASC), ayant complété le programme de certification universitaire en gouvernance de sociétés du Collège des administrateurs de sociétés de l'Université Laval.

À propos de Sherpa

Sherpa est une équipe ad hoc mise sur pied par Pilote groupe-conseil pour accompagner les entreprises et les aider à traverser cette crise historique et à en sortir plus fortes. Sherpa regroupe des professionnels chevronnés et aguerris en affaires gouvernementales, en affaires publiques, en gestion de crise ainsi qu’en médias sociaux.




Commentaires




Poster vos commentaires

PRÉCÉDENTSUIVANT

ABONNEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTRE

et recevez le meilleur de la gestion d’enjeux et des affaires publiques.

ABONNEZ-VOUS