Participation citoyenne et COVID-19 : un passage au virtuel réussi

Pubié le 15 juin 2021   Par Pilote groupe-conseil   Catégories : Non classé

En mars 2020, les premières annonces de confinement au Québec mettent toutes les pratiques de participation citoyenne sur pause. Une période d’incertitude et de bouleversements s’ensuit et des voix commencent à s’élever quant à l’avenir de la démocratie participative en temps de pandémie.

La participation citoyenne aux débats publics revêt une importance accrue en période de crise. Nos gouvernements doivent prendre des décisions dont les répercussions affecteront directement le fonctionnement de notre société. Dans ce contexte, comment pouvons-nous assurer la participation de la population à la vie démocratique quand on ne peut plus se voir en personne?

Alors que les semaines passent, un constat s’impose : la crise sanitaire ne disparaîtra pas du jour au lendemain et il faudra impérativement réinventer nos pratiques participatives, notamment en se tournant vers le numérique.

Les sceptiques sont toutefois nombreux face aux désavantages des échanges en mode virtuel. Après tout, n’est-ce pas la finalité même de la participation publique de susciter le développement de relations et de favoriser les discussions informelles? Les gens seront-ils au rendez-vous malgré la distance physique et la perte du « côté humain »?

Plus d’une année s’est écoulée et force est de constater que ce passage au virtuel est loin d’être un échec. Plusieurs organisations ont trouvé des moyens de remédier aux désavantages de la distanciation sociale en modifiant leur façon de tenir leurs démarches participatives, et ce, afin de briser la réserve, voire la méfiance de certains participants et d’encourager des échanges ouverts en dépit des contraintes de la formule virtuelle.

Ces innovations un peu forcées ont été l’occasion d’expérimenter de nouvelles pratiques qui se sont avérées bénéfiques. Dans la grande majorité des cas, ces changements dans les façons de faire n’ont pas entrainé un frein à la participation, au contraire1.

Cela démontre qu’avec une bonne préparation en amont de ces rencontres et un accompagnement adéquat auprès de la population afin de faciliter l’accès à ces outils, les possibilités offertes par les dispositifs numériques sont indéniables.

Toutefois, dans le retour à la « normale », il faudra absolument tenir compte de l’accès aux technologies, des coûts associés à leur utilisation et de la capacité de s’en servir aisément dans la poursuite des activités de participation publique virtuelle.

En dressant un premier bilan aujourd’hui, il est clair que l’évolution des pratiques imposées par la pandémie entraînera des changements durables qui, au final, seront profitables pour notre vie démocratique.

1Source : Office de consultation publique de Montréal, « Consulter en temps de Covid-19 » https://ocpm.qc.ca/fr/actualite/consulter-en-temps-covid-19-resultats-lenquete





Poster vos commentaires

PRÉCÉDENT

ABONNEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTRE

et recevez le meilleur de la gestion d’enjeux et des affaires publiques.

ABONNEZ-VOUS