Six choses à savoir sur l’acceptabilité sociale  

Pubié le 2 septembre 2021   Par Pilote groupe-conseil   Catégories : Acceptabilité sociale

L’acceptabilité sociale, nouveau buzzword? Le terme est utilisé à toutes les sauces et dans toutes sortes de contextes afin de remporter la bataille de l’opinion publique. Convoitée par nombre de promoteurs, elle n’est pas si simple à comprendre et à obtenir, mais elle peut changer le visage de votre entreprise sur le long terme, voire de votre projet!

1. L’acceptabilité sociale est le fruit d’un jugement collectif sur une politique, une initiative, une activité ou un projet. Pour l’obtenir, un dialogue doit être impérativement établi et maintenu non seulement entre le promoteur et ses parties prenantes, mais également entre ces dernières.

2. L’acceptabilité sociale n’est pas une fin en soi, mais un moyen. Le partage d’informations et les relations avec les parties prenantes s’inscrivent donc dans un processus continu qui ne doit surtout pas être interrompu une fois le projet amorcé. Puisqu’elle n’est jamais définitivement acquise, l’obtenir est une chose et la conserver en est une autre. Elle doit donc être une préoccupation avant, pendant et même après le projet.

3. L’acceptabilité sociale est un schème qui varie d’une région à l’autre, d’une municipalité à l’autre, d’un milieu de vie à l’autre. Le promoteur doit donc avoir en main un portrait précis et détaillé de même qu’un état de situation rigoureux de la communauté d’accueil de son projet, et ce, le plus en amont possible de celui-ci. Une mise à jour continue des informations recueillies est d’autant plus nécessaire, les enjeux inhérents au projet étant souvent mouvants.

4. Si l’évaluation des risques financiers, juridiques, environnementaux et politiques d’un projet est généralement complète, celle des risques sociaux est fréquemment lacunaire, voire inexistante. Ce constat, paradoxal dans une démarche d’acceptabilité sociale, résulte d’une gestion déficiente des relations avec les parties prenantes qui sont amorcées beaucoup trop tard. Pourtant, plus elles sont entreprises tôt, meilleure est la compréhension du projet.

5. La première impression est toujours déterminante et oriente la démarche d’acceptabilité sociale. L’accueil initial réservé par une communauté à un projet et à son promoteur constitue un facteur clé de la réussite de l’initiative, d’où l’importance primordiale de bien connaître le milieu d’accueil, certes, mais aussi de ne pas confondre les relations communautaires avec les relations avec les communautés.

6. L’obtention de l’acceptabilité sociale est tributaire de la responsabilité sociétale de l’entreprise. Celle-ci exige une prise en compte globale des enjeux inhérents à ses décisions et à ses actions, et se traduit par un engagement ferme à gérer leurs effets économiques, sociaux et environnementaux de façon responsable et conforme aux attentes de la population.

En conclusion, pour bien comprendre l’acceptabilité sociale, pour mieux la considérer et pour mettre toutes les chances de votre côté de l’obtenir, il est préférable, voire indispensable, que vous fassiez appel à des professionnels chevronnés et aguerris. Cela est d’autant plus important puisque l’inacceptabilité sociale, quant à elle, est un mur infranchissable.

Mathieu Pelletier, vice-président, Acceptabilité sociale et relations avec les communautées chez Pilote groupe-conseil, est titulaire d’un doctorat en aménagement du territoire et en développement régional (Ph. D. ATDR) de l’Université Laval. Son parcours dans le milieu de la recherche universitaire sur près de 15 ans lui a permis de développer une expertise dans les domaines de l’aménagement et du développement controversés, de la participation publique et de l’acceptabilité sociale des projets. Après avoir fondé sa propre entreprise spécialisée en gestion d’enjeux controversés, il s’est joint à l’équipe de Pilote groupe-conseil. Mathieu est lauréat du Programme de bourses postdoctorales Banting du Canada (2012-2014) et membre du conseil scientifique du réseau OPDE [Outils pour décider ensemble] (2015, 2016, 2017).






Poster vos commentaires

PRÉCÉDENTSUIVANT

ABONNEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTRE

et recevez le meilleur de la gestion d’enjeux et des affaires publiques.

ABONNEZ-VOUS